Sud Ouest Samedi 21 Mars 2009

Publié le par Travailleurs Sans-papiers de Bordeaux


 

 

BORDEAUX. Les soutiens aux travailleurs sans-papiers espèrent rencontrer le préfet

Le collectif des travailleurs sans-papiers réclame une audience

« Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici ! » Ce mot d'ordre a mobilisé une cinquantaine de militants jeudi en fin d'après-midi devant les locaux de la préfecture, rue Casteja à Bordeaux.

Ils s'étaient donné rendez-vous, dans la foulée de la manifestation, pour réclamer la régularisation des travailleurs sans-papiers bordelais. Ou plus précisément pour demander une rencontre avec Jean-Marc Falcone, préfet délégué pour la sécurité et la défense. « Il n'y a pas de dialogue. Nous avons écrit le 11 décembre pour solliciter une audience et n'avons toujours pas reçu de réponse », ont regretté les représentants de la CGT, de l'ASTI et de la FSU, membres, entre autres organisations, de ce collectif (1).

33 dossiers déposés

Selon eux, les décisions de régularisation ou de non-régularisation répondent à des critères « arbitraires », « flous ».

« Nous avons déposé 33 dossiers en juillet dernier. Une demi-dizaine d'entre eux ont été régularisés en raison de leurs contrats de travail, un autre en raison de la situation du conjoint. Mais il reste 25 dossiers en suspens, sans vraiment que nous en comprenions les raisons », assure Frédéric Alfos, président de l'Asti.

Il a aussi été question, jeudi soir, de la situation d'Abdel El Idrissi. Ce Marocain est arrivé en France il y a cinq ans pour faire ses études. Son titre de séjour a expiré. Il a été arrêté mercredi soir à l'occasion d'un contrôle d'identité et transféré jeudi au centre de rétention administrative de Toulouse.

« Abdel craint d'être renvoyé contre son gré au Maroc et d'être arraché à ses amis, ses proches, son travail et ses projets », ont dénoncé les manifestants.

(1) Également membres du collectif : AC !, Cimade, Les Verts, LDH-33, LCR 33, MJS,...

Auteur : Julien Rousset

 

Publié dans Articles de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article