Samedi 6 mars 6 06 /03 /Mars 22:39

3

Photo prise par un membre du collectif
Plus d'une 20aine de personnes sont restées dehors pendant
que la délegation était en concertation dans les bureaux des services préfectoraux 



SUD OUEST Samedi 06 Mars 2010


COLLECTIF. Les travailleurs sans papiers se sont rassemblés hier à la préfecture

Des papiers pour une embauche

Ils ont un boulot depuis plusieurs années, ils pourraient être embauchés pour de bon mais c'est long. « Ils », ce sont les travailleurs sans papiers qui espèrent une régularisation par le travail promise par un amendement à la loi Hortefeux sur l'immigration pour peu que le demandeur soit là depuis longtemps, soutenu par son employeur et qu'il travaille dans un métier « en tension », pour lequel la demande de main-d'oeuvre est forte.

Ses secteurs « en tension » doivent être fixés régionalement. En Gironde, c'est le cas pour le bâtiment ou pour la restauration. « Mais pas pour les aides-soignantes, alors que le Pôle emploi en cherche », relève leur collectif de soutien. Ni pour les Algériens ou les Tunisiens : ceux-ci sont censés bénéficier de procédures d'admission exceptionnelle au séjour, traitées selon un canal différent et, semble-t-il, encore plus aléatoire.

48 demandes

Sur les 48 demandes de régularisation par le travail déposées en préfecture depuis 2008, 20 ont reçu une réponse positive et quatre sont dans l'attente d'une confirmation. Quatre nouveaux dossiers ont été déposés hier.

Pour les autres, les employeurs se lassent parfois de venir et revenir à la préfecture. Leur appui est pourtant important, au moins parce qu'ils doivent s'engager à payer une taxe spéciale autour de 900 euros. Les travailleurs, eux aussi, connaissent bien le chemin du bureau des étrangers, rue Casteja à Bordeaux. Ce manutentionnaire africain y était encore hier matin : son dossier a été retoqué une première fois parce que son emploi n'est pas assez qualifié. Il en a refait un. « Mon employeur n'attend que ça pour m'embaucher mais c'est très long. »

Les travailleurs sans-papiers sont le plus souvent accompagnés dans leurs démarches par un collectif où figurent, entre autres, l'Asti, la Cimade, la Ligue des droits de l'homme, la LCR, le MJS, RESF, le syndicat de la magistrature, les verts... mais aussi des syndicats comme la FSU et la CGT qui étaient d'ailleurs présents, hier, au rassemblement organisé pour soutenir les démarches du jour.

Auteur : C.D

Par Webmaster - Publié dans : Articles de presse
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés