CR du Samedi 9 janvier 2010

Publié le par Webmaster

Présents : 7 travailleurs.

: Annie (CIMADE), Sylvie, Christine, Fred, Rémi, Jean, Gérard (ASTI), Anne Marie, Marie Line (Verts), Antoine.

 

 

- Nous commençons par un débat à partir d’une question posée par Annie : faut-il continuer à déposer en Préfecture des dossiers de demande de régularisation par le travail alors que la lutte des travailleurs se poursuit en région parisienne ?

- La CIMADE par l’intermédiaire d’Annie estime que non.

- Gérard pense que cette question mérite d’être débattue compte tenu du fait que notre dernière action organisée sur Bordeaux (la manif unitaire du samedi 12 décembre), soutenue par les représentations locales des syndicats nationaux qui sont dans l’action à Paris, était clairement organisée en soutien aux milliers de travailleurs sans papiers parisiens en lutte.

- Christine et Fred pensent que l’on peut être un collectif qui dépose et être en même temps dans le soutien aux grévistes parisiens.

- Antoine explique que ce mot d’ordre de ne pas déposer individuellement en préfecture en pleine action revendicative s’explique bien sur place à Paris. Il vient du fait que les patrons font pression sur les grévistes pour qu’il y ait une reprise du travail dans leur entreprise en échange de dépôt de dossier. Ils pourraient alors être dans une négociation au cas par cas avec la Préfecture et fragiliser ainsi le mouvement. Nous n’avons pas les mêmes enjeux à Bordeaux.

- Sylvie rappelle qu’il s’agit de dépôts collectifs.

- Paul rappelle que ce Collectif, quelques semaines après sa création en mai 2008, s’est clairement orienté vers la solution des dépôts de dossiers en préfecture estimant qu’il n’avait pas suffisamment de force pour être dans des actions plus radicales de type blocage, grève, occupation... Un projet plus récent, en mai-juin dernier, d’occuper un lieu symbolique à Bordeaux, s’est lui aussi embourbé faute de combattants. La situation parisienne n’est pas la situation bordelaise.

- Les autres travailleurs présents pensent comme Paul.

Nous ne sommes plus allés à la préfecture depuis plus d’un mois, des dossiers sont en souffrance et les travailleurs qui les ont constitués au sein du Collectif et avec l’aide de l’Asti, sont impatients.

Nous allons demander à M. Juzanx chef du bureau des étrangers, un nouveau rendez-vous pour la semaine du 18 au 24 janvier afin de déposer 4 nouveaux dossiers, d’apporter des pièces complémentaires pour d’autres et demander des nouvelles de ceux qui sont stoppés, en particulier les dossiers des travailleurs algériens du Collectif.

 

 

- Antoine intervient pour soumettre un projet. Il part du constat que d'une part le Collectif n’est pas assez connu sur Bordeaux, que ses actions ne sont pas assez visibles et que d'autre part les travailleurs sans-papiers ou régularisés du collectif prennent de plus en plus la parole et ont beaucoup de choses à dire et à faire comprendre. Pour mieux porter cette parole, il propose d’inviter des assos ou des orgas aux réunions du samedi après midi ou ailleurs, comme « Survie » (asso interculturelle qui se bat contre la Françafrique, le néocolonialisme, ou l’antenne bordelaise du Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde qui dénonce la politique du FMI et de la Banque Mondiale, ou bien le sociologue bordelais Alain Accardo condisciple et ami d'Abdelmalek Sayad (la référence en sociologie de l'immigration dans le milieu scientifique).

Antoine pense que l’on peut organiser des rencontres, des débats, des réunions publiques (à l’Utopia par exemple).

Marie Line propose un débat à Sciences po.

Il faudrait aussi relancer le journaliste du « 20mn » qui avait dit lors de sa venue à la dernière conférence de presse, qu’il était intéressé par un reportage sur le Collectif.

Le site du Collectif fonctionne bien maintenant, il faudrait mieux le faire connaître également.

 

 

Lundi 11 janvier se tient à l’Utopia, une réunion de préparation pour la journée du 1er mars : « journée sans immigrés » voir en pj.

Rémi, Jeanine, Lucile, Sylvie et Paul comptent s’y rendre et nous feront un topo samedi prochain.

 

 

Lors de la réunion de préparation de la manif du 12 décembre avec les syndicats nous avions prévu de nous revoir avec tous les représentants syndicaux présents (Sud, FSU, CGT, CFDT) jeudi 14 janvier. Dans la mesure où nous n’avons pas relancé depuis, il est plus sage d’envoyer un mail à tous ceux qui étaient présents pour leur proposer de décaler d’une semaine.

 

 

On se retrouve tous samedi prochain

16 janvier 2010

même heure (16 heures), même adresse (locaux de l’Asti).

Publié dans Comptes Rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article